04 82 29 03 05

Objet de votre demande

Informations personnelles

6 Passage Lonjon
34000 Montpellier
  • accueil

Dossier Las Rébès - Les suites pénales

20/09/2017
Dans le dossier du quartier Las Rébès à Montpellier, suivi par le cabinet en 2016, Maître Avallone représentait, ce lundi 18 septembre, en qualité de partie civile, l'association "Les enfants de la colline" pour le volet pénal de cette affaire devant le tribunal correctionnel de Montpellier. Les enfants de la colline, qui avaient déposé plainte auprès du procureur de la république, ont sollicité 1 euro de dommages et intérêts avec la volonté de "ne pas profiter, d'une quelconque façon, de la misère de leur quartier". Le parquet a considéré que l'ancienne adjointe à l'urbanisme de Montpellier disposait, dans ce dossier, d'un intérêt moral étranger à l'intérêt général constituant une prise illégale d'intérêt. La juridiction doit maintenant estimer si les critères constitutifs de l'infraction sont réunis. Le délibéré sera rendu le 4 décembre 2017 à 14h00.

Pour mémoire l'article 432-12 du code pénal dispose que: 
"Le fait, par une personne dépositaire de l'autorité publique ou chargée d'une mission de service public ou par une personne investie d'un mandat électif public, de prendre, recevoir ou conserver, directement ou indirectement, un intérêt quelconque dans une entreprise ou dans une opération dont elle a, au moment de l'acte, en tout ou partie, la charge d'assurer la surveillance, l'administration, la liquidation ou le paiement, est puni de cinq ans d'emprisonnement et d'une amende de 500 000 €, dont le montant peut être porté au double du produit tiré de l'infraction.

Toutefois, dans les communes comptant 3 500 habitants au plus, les maires, adjoints ou conseillers municipaux délégués ou agissant en remplacement du maire peuvent chacun traiter avec la commune dont ils sont élus pour le transfert de biens mobiliers ou immobiliers ou la fourniture de services dans la limite d'un montant annuel fixé à 16 000 euros.

En outre, dans ces communes, les maires, adjoints ou conseillers municipaux délégués ou agissant en remplacement du maire peuvent acquérir une parcelle d'un lotissement communal pour y édifier leur habitation personnelle ou conclure des baux d'habitation avec la commune pour leur propre logement. Ces actes doivent être autorisés, après estimation des biens concernés par le service des domaines, par une délibération motivée du conseil municipal.

Dans les mêmes communes, les mêmes élus peuvent acquérir un bien appartenant à la commune pour la création ou le développement de leur activité professionnelle. Le prix ne peut être inférieur à l'évaluation du service des domaines. L'acte doit être autorisé, quelle que soit la valeur des biens concernés, par une délibération motivée du conseil municipal.

Pour l'application des trois alinéas qui précèdent, la commune est représentée dans les conditions prévues par l'article L. 2122-26 du code général des collectivités territoriales et le maire, l'adjoint ou le conseiller municipal intéressé doit s'abstenir de participer à la délibération du conseil municipal relative à la conclusion ou à l'approbation du contrat. En outre, par dérogation au deuxième alinéa de l'article L. 2121-18 du code général des collectivités territoriales, le conseil municipal ne peut décider de se réunir à huis clos."


 
Source vidéo:  http://www.mediasdusud.fr/article/15-000-euros-requis-pour-prise-illegale-dinteret/JT_PAD_PROCES-JANNIN_190917




 


Retour
Maître
Sébastien AVALLONE

Avocat au Barreau de Montpellier
Photo Sébastien Avallone
6 Passage Lonjon
34000 Montpellier
Le cabinet se situe au 5ème étage avec un ascenseur

parking Le plus proche est le parking de la place de la comédie

tramwey La plus proche est la station comédie.
Accueil téléphonique Du lundi au vendredi
de 9h à 19h


Droit de l’urbanisme
Droit de l’urbanisme
Droit immobilier
Droit immobilier
Droit public
Droit public
Honoraires
Honoraires
Me Sébastien AVALLONE| Avocat au Barreau de Montpellier
Accueil et informations au 04 82 29 03 05